Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Battlestar Galactica


 Battlestar Galactica - 2003.



Résumé :


Les 12 Colonies de Kobol constituent une civilisation  humaine répartie sur 12 planètes dont chacune porte un nom dérivé des signes du zodiaque ( Caprica, Tauron, Geménon, ...). Elle a atteint un fort taux de technicité, mais conserve des aspects rétrogrades. A son actif, cette civilisation a su créer des robots dotés de l'intelligence artificielle - «cylons» - afin de faciliter la vie sur les différentes planètes. Et comme souvent dans ce cas de figure,  ils se sont rebellés contre leurs créateurs pour se libérer de cet asservissement. Il y eut une longue guerre suivie d’un armistice entre les deux belligérants. Les cylons quittèrent les colonies et depuis 40 ans, le silence radio règne.


Soudain, ils réapparaissent et attaquent les12 planètes bien décidés à anéantir la race humaine...

Seuls quelques 50 000 humains  réussissent a échapper à l’anéantissement total de leur civilisation. L’espoir de survie est très mince : leurs ressources sont limitées, ils n’ont aucun allié, aucun point de chute, aucune direction à suivre et surtout, les cylons les talonnent pour les rayer définitivement de la carte.
Leur seule chance de survie réside dans le vaisseau de guerre Battlestar Galactica et son équipage.

La pérénnité de l’humanité est en jeu, et les défis à relever sont nombreux et périlleux. Non seulement les survivants doivent faire face à la menace cylons (intérieure et extérieure), mais  également combattre leurs propres démons.

En effet dès le début, une lutte d’influence entre le chef militaire de la Flotte, le commander Adama, et la nouvelle Présidente des 12 Colonies, Laura Roslin s’engage.

Des lueurs d’espoir subsistent mais elles sont vite éteintes aussi bien par les pires travers humains que par leurs meilleures intentions.... Les luttes intestines et fratricides ne font que débuter malgré les dangers et l’adversité...


Portrait des personnages :

William Adama

Commander/ Amiral William Adama est le commandant du Battlestar Galactica et le chef militaire de la Flotte. C’est un homme stoïque et secret. Très pudique, il doit faire face à une série de drames privés : son benjamin, Zack, est décédé lors d'un vol opérationnel; il a divorcé de son épouse; il est brouillé avec son fils ainé qui le déteste, le tenant pour responsable de la mort de son frère. Toutefois, Adama est une personne très sensible, avec le cœur sur la main et dotée d'une forte empathie. Prompt au pardon et bienveillant, il dirige son vaisseau d’une main ferme et compréhensive qui lui vaut la loyauté et l’admiration de tous ses subalternes (ou presque).

Les relations qu’il entretient avec la présidente Laura Roslin sont des plus ambiguës - une ambigüité entretenue tout au long de la série. D’une part il admire sa fermeté et sa capacité à prendre des décisions difficiles, de l’autre il demeure un homme avec des préjugés et éprouve des difficulté à lui faire confiance. Ses sentiments vont s’attendrir au fil des difficultés. (La mise en scène souligne régulièrement l'ambiguïté de leurs rapports.)


Par ailleurs, son amitié avec son second, le colonel Tigh, est très importante et centrale à la série.


Ces deux types de rapports  permettent de souligner  les difficultés qu'éprouve le chef face à la solitude du pouvoir, le poids des responsabilités et l’usure considérable provoquée par le stress et le combat.


Laura Roslin

Laura Roslin est la secrétaire d'état à l'éducation au moment de la destruction des 12 Colonies. Seule survivante du gouvernement, elle devient Présidente par intérim. ... Et se trouve immédiatement confrontée à la résistance des militaires qui renâclent à lui reconnaître un semblant d’autorité.  Son caractère bien trempé, lui permet d'obtenir enfin la reconnaissance de sa  légitimité  et de jouir des responsabilités qu’elle revendique. Débute ainsi un bras de fer silencieux et intense entre elle et le Commander Adama.
Atteinte d’un cancer du sein, elle cadre parfaitement avec une ancienne prophétie qui prédit qu'un chef mourant conduira le peuple vers la mythique planète Terre et s’érige comme chef spirituel, ce qui engendre un surcroît de tension avec le chef militaire.



Kara Trace- Starbuck

Kara Thrace est téméraire et rebelle, elle a du mal à supporter l'autorité, surtout celle du colonel Tigh, qu’elle ne respecte pas (un poivrot et un sale bâtard selon ses propres mots). C'est également le meilleur pilote de Viper de toute la flotte coloniale - Starbuck est son indicatif de pilote. Elle est surtout au fond d'elle-même, une jeune femme sensible et immature qui cache de profondes blessures derrière son comportement roublard et provocant.
Elle est très proche du Commander Adama qu’elle considère comme une figure paternelle et lui voue une grande admiration. Elle était la fiancée de son fils Zack.

Lee Adama - Apollo

Lee « Apollo » Adama est le fils du Commander Adama. Les rapports entre eux sont au mieux glaciaux si ce n’est carrément conflictuels. Il tient son père pour responsable de la mort de son frère et ne manque pas une occasion pour le lui reprocher. Très vite, il souffre de faire face à différentes comparaisons ( à son père, à son frère et à Kara, meilleur pilote), et de vivre de fait dans l’ombre de son père. Cherchant à se faire son nom tout au long de la série, il prend vite partie dans le conflit larvé entre Adama et la Présidente. Cette volonté, le conduit à faire parfois de mauvais choix, et souvent à raviver les frictions dans leurs relations.

Il va se révéler au final, un bon leader, capable de faire des concessions mais sachant être ferme quand les circonstances l'exigent.

Acteurs :

Edward James Olmos.
D'origine mexicaine, Edward James Olmos naît et grandit dans l'Est de Los Angeles. S'il veut, dès son plus jeune âge, devenir joueur professionnel de baseball, c'est vers la musique qu'il s'oriente en premier lieu. Chanteur du groupe de rock Pacific Ocean, il se produit durant plusieurs années dans divers clubs de L.A. et des environs. Dans le même temps, diplômé en 1964 de la Montebello High School, il intègre l'université locale où il prend ses premiers cours de comédie. Il fait ses débuts au théâtre et apparaît dans les années 70 dans les séries TV à succès. En 1978, il se distingue à Broadway avec le spectacle musical Zoot Suit, qui lui vaut une nomination aux Tony Awards.

Le grand public le connaît surtout pour son rôle du lieutenant de police Martin Castillo dans la série populaire des années 80 Deux flics à Miami (Miami Vice). Sa prestation lui permet de remporter un Golden Globe et un Emmy Award.
Une fois le show terminé, après 5 ans de bons et loyaux services, Olmos se tourne vers le grand écran. Il décroche en 1988 une nomination pour l'Oscar du Meilleur acteur pour son interprétation du professeur Jaime Escalante dans Stand and Deliver.
 
Source  allo ciné
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=37644.html

Mary McDonnell


Mary McDonnell est une actrice américaine née le 28 avril 1952 à Wilkes-Barre, en Pennsylvanie. Elle est notamment célèbre pour son rôle de « Dressée avec le poing » du film Danse avec les loups ainsi que celui de la présidente Laura Roslin dans la série télévisée Battlestar Galactica. Elle jouera le rôle de Kate Kessler, la tante de Sidney Prescott, dans le quatrième volet de la saga Scream.


source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mary_McDonnell


Edition :


Série complète - 22 Blue-Ray  :
- "Battlestar Galactica - Saison 1"
- "Battlestar Galactica - Saison 2"
- "Battlestar Galactica - Saison 3"
- "Battlestar Galactica - Saison 4"
- "Battlestar Galactica - Razor"
- "Battlestar Galactica - The Plan"
1 livret avec listes des épisodes, lexique des termes de la série et réponses du quiz de la saison 4

Bonus :
    Commentaires audio
    Scènes coupées
    Reportages
    Making of
    Bonus U-Control
    Quiz
    Podcasts
    Vidéoblogs
    Bandes originales
    Versions longues d'épisodes
    ...


Critique :

La révolte des robots est un thème fort et cher à la SF.

Le pilote est très bien mené. Après quelques scènes d’exposition nous sombrons rapidement dans un univers, une atmosphère post-apocalyptique.
La mise en scène est classique, le scénario plutôt bon avec une deuxième partie bien rythmée et prenante.

Les personnages n'évitent pas toujours le "stéréotypage", mais globalement sont plutôt réussis. Les acteurs sont très bons et crédibles dans cette ambiance fin du monde.
La sensation d'oppression est très bien soulignée par la photographie, et la musique.

Mais attention, pour ce qui s'attendent à des batailles spatiales épiques, à des effets spéciaux du tonnerre... Ce n'est pas du space-opéra comparable à Star Wars, cela tient plus de la SF.

Le pilote est une bonne entrée en matière mais ne fait pas preuve d’une grande originalité.

La saison 1

Ce "remake" choisit une voie différente de la série originale basée sur les batailles spatiales. Elle pose les bases d'une série plus aboutie, plus noire et son regard se pose davantage sur l’humanité elle même, sur les relations entre les personnages que sur le combat spatial.

Elle continue à se démarquer complètement de son ainée et choisit un positionnement original pour une série destinée au grand public. L'accent est mis sur l'affrontement silencieux et officieux pour la prise de contrôle de la flotte entre un guerrier endurci, chef militaire charismatique et la nouvelle présidente des 12 Colonies, «inexpérimentée», et sur l’attitude des survivants face à l’adversité. Dans une ambiance volontairement sombre et pessimiste, l'espoir réside dans la jeune génération.
Attention, c'est noir, un brin cynique et assez psychologique.

L'interprétation est remarquable que ce soit les acteurs principaux (surtout en deuxième période de la saison) ou les rôles secondaires. Les scénarii sont pour la plupart de très bonne facture (mention spéciale au premier épisode 33', et au deux derniers) et frise parfois l'excellence. La mise en scène est tout à fait honorable.
Elle est filmée à l'épaule dans le style du reporter de terrain, et donne parfois une image quelque peu chaotique...

La saison 2

La série gravit un échelon dans cette seconde saison. Pour qui veut aller au-delà d'un premier degré particulièrement poignant, intense et captivant. Les thèmes précédemment abordés sont plus affinés, plus recherchés et plus étendus : lutte pour le pouvoir, démocratie, contraception, racisme, etc...

 

Les personnages sont complexes et plein d'humanité. Ils sont fouillés, avec leurs défauts (et leurs qualités aussi), et les coup du destin qu’ils subissent laissent de profondes cicatrices. Bref, beaucoup de relief et de profondeur.

Les acteurs principaux sont tout à fait remarquables (Edward James Olmos et Mary McDonnel); ils arrivent à véhiculer avec de simples regards et de petits gestes tout un panel d'émotions. Ils sont superbement encadrés par les acteurs secondaires talentueux acteur Michael Hogan (Saul Tigh) avec un petit bémol pour actrice Katee Sackhoff(Starbuck), parfois un peu trop sur-jouée. 

Les scénarii sont généralement très bons (2*06, 2*07, 2*18, 2*19) et même excellents (2*10, 2*11, 2*12 et 2*20), malgré un épisode particulièrement raté (Marché noir : n°2*13).

 

La lumière et la musique participent activement à l'ambiance de la série.



Les Saison 3 et 4

Ces saisons ne font pas dans la dentelle, et sont encore plus angoissantes et sombres que les précédentes. Cette série se démarque de tout ce qui existe (à ma connaissance) en abordant des sujets douloureux, tabous, délicats, et pose des questions sans parti pris; que ce soit sur le génocide, la collaboration, le terrorisme,  les kamikazes, la justice, la vengeance, etc.. A nous d'y réfléchir...

Certains épisodes sont d'une qualité remarquable (les 3*01 à  3*05 et 4*07, 4*10) parfois très intense ( 4*11, 4*12, 4*13) et peu d'entres eux souffrent de médiocrité.

Le jeu des acteurs est toujours impeccable, la mise en scène - si ce n'est originale - est généralement efficace et les scénarii solides voire excellent pour certains (3*04, 3*05, 3*09, 3*11, 4*10). La musique et l'image servent la série à merveille et renforcent ce côté sombre, inéluctable.

Une dernière chose : CE N EST PAS STAR WARS, et oui, les vaisseaux dans l’espace ne font pas de bruit!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Slogan : Un incontournable.