Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mission Basilic, HH1-David Weber

Titre :  Honor Harrington, Mission Basilic



 

51A15PSFV1L._SS500_.jpgEdition/ collection/ nombre de pages :
L’Atlante - La Dentelle du Cygne - 495 pages - 1999.
Traduit par Mousnier-Lompré


Auteur du livre : David Weber 



David Weber sur le net

 



Résumé : 
Dans ce  premier tome, nous suivons le début des aventures d'un jeune officier, douée de qualités, notamment en discernement et en stratégie. Sa fidélité à un ancien amiral dont les préceptes ne font pas l'unanimité parmi la jeune garde montante, va valoir à Honor Harrington l'animosité de l'étoile du moment. Et, elle se retrouve mutée à Basilic, le placard de l'amirauté. Sa détermination à servir son royaume, son sens du devoir, bref, sa volonté à remplir sa mission vont lui permettre de mettre à jour des bizarrerie... et même un complot....


Critique :
J'ai mis un bon moment avant de me décider à lire ce roman, beaucoup de critiques le taxer de "militariste", dénoncer ses relents "réactionnaires", et j'en passe. Cela m'avait fortement dissuader de m'attaquer à cette oeuvre. Mais je viens de franchir le pas, et je suis étonnée de ce que je viens de lire.

Certes, je n'irais pas jusqu'à le comparer à la saga Vorkosigan, dont l'humour, la plume et l'histoire forment un tout absolument délicieux, cependant, la saga Harrington ne démérite pas : action, complot et batailles spatiales sont au rendez-vous.

Je ne ferais pas de parallèle avec des auteurs comme Simak, Heinlein ou Poul Anderson, car Mission Basilic n’a ni la consistance ni la profondeur moyenne des oeuvres des auteurs pré-cités. Nonobstant cette réserve, ce roman est agréable et divertissant, c’est comme un James Bond : on sait à quoi s’attendre, sans déception.

Alors militariste ?
Si l'on estime que suivre l'évolution du personnage DANS LE MILIEU ou il évolue est anormal, alors effectivement, c'est un roman militariste : ses chefs, ses subalternes, ses interlocuteurs sont quasiment tous militaires;  étonnant, non pour un militaire? Militariste car à part les militaires, tous les autres sont des affreux? Là, aussi, ce n'est pas le cas. Il y a des bons et des mauvais dans l'une et l'autre "catégorie" de la population.

 

En revanche, ce tome ne manque pas d'un certain manichéisme, car globalement tous les Havriens sont "mauvais" alors que tous les manticoriens semblent "bons"... Ceci dit cela facilite l’identification à une grande puissance économique libérale, et par déduction, l’autre camp représente les soviétiques.

Autrement, une trame bien menée, des combats intéressants et visuels et un côté voyage dans l'espace assez familier (trous de ver) et plutôt bien amené (pour des non spécialistes), une héroïne à dimension humaine brillante certes, mais également bien secondée.

Côté négatif, trop de manichéisme, des longueurs parfois redondantes, des réflexions pseudo-politiques dont on se passerait.

Pour résumer, un bon roman de SF (space opera) dont l'héroine est bien exploitée, une trame sympathique, un univers classique et efficace.

 

Difficulté : Facile.


65254762

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Blop 22/09/2011 15:36



Les défauts de cette série, que tu pointes très bien, s'oublient vite, les volumes défilant : le personnage d'Harrington sont suffisamment attachants pour apprécier la trame des romans


En revanche, il faut être préparé aux longues expositions géopolitiques dans chaque tome : elles constituent le coeur de l'univers de Weber dans cette série, ce qui lui donne sa profondeur.


Je dois dire que je préfère Weber à Poul Anderson : sa rigueur dans la construction du background m'impressionne bien plus que les récits d'Anderson. Je suis ravie, en tout cas, que quelqu'un
d'autre s'intéresse à cette série !



lutin mâtin 22/09/2011 17:52



Comme dans presque tout, tout dépend de ton état d'esprit du moment et donc ce que tu as envie de lire. Parfois, pour moi cela s'oriente vers de la SF, du Space-Opéra, un policier, un livre
d'histoire ou autre.


Il en va de même avec HH, que j'apprécie également. Le cycle  de David en tant que tel est difficilement comparable à Poul Anderson qui a écrit quelques romans, et beaucoup de nouvelles mais
pas de "cycle" à l'aune de la saga Harrington.


Maintenant, j'en suis au tome 6 de HH, je sais quoi en attendre et j'y prends plaisir. Honor me plaît bien, et l'univers y est suffisamement dense pour que je ne m'y ennuie pas. Et finalement, je
le préfère à Jack Campbell par exemple.


Bref, tu auras compris. Je ne peux pas dire que je préfère Weber à Poul Anderson, ou inversement. C'est comme la musique, parfois j'ai envie d'écouter Rachmaninov et il remplit son office. Un
autre jour ce sera le regrétté Michael Jackson, et ce jour là mon compositeur classique ne m'emportera pas...


Contente de partager avec toi.


;-)