Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BSG : Collaborators (S3-5)

Haro !



Nous sommes revenus au point de départ, un seul Battlestar pour défendre une flotte en fuite pourchassée par les cylons, et talonnée par ses propres démons.

Mais la série ne choisit pas la voie de la facilité en évoquant un nouveau départ, un nouveau commencement, elle prend le parti d’intégrer les conséquences de l’occupation sur les survivants de NC, et sur leurs relations avec leurs sauveurs….

 
L’épisode est une réflexion sur la nature humaine et ses excès, et nous rappelle que les événements après guerre peuvent être tout autant dramatiques et sanglants.

 

                                                       

                                        
                                              Le Cercle en action

 


 

1 Le Cercle : une soif de revanche

 
Un tribunal composé de personne ayant survécu à NC et de préférence ayant souffert de l’occupation des cylons juge et condamne des supposés collaborateurs. Dès l’entame, nous savons que toute idée d’impartialité est abandonnée, et la notion de Justice bascule d’ores et déjà dans le camp de la vengeance à la vue de la composition du « Cercle ».

                                                                           

Comment pourrait-il en être autrement ? Ces gens ont souffert, ils ont perdu des êtres chers, ils ont subis des pressions et des restrictions, ils sont plein de haine et de rage !

 
Le cercle dont Tigh est le représentant le plus actif, débute ses délibérations par « Au 3° jour du Second Exode…. », cela résonne d’une manière familière mais nous ne savons pas encore d’où cela provient.

 

Il est intéressant de voir le sort réservé aux personnages de Jammer et Gaeta, tous les deux étaient en relation avec Tyroll. Il considérait le premier comme un héro et le second comme un traître.

                  
Jammer est reconnu coupable et exécuté. Nous pouvons presque penser que ce n’est que justice. Un peu expéditive, mais ne méritait-il pas son sort ?

                                                                                            

Gaéta, vu et désigné comme un collaborateur par quasiment tous, échappe à un sort similaire grâce au bol du chien… Il s’en est fallu de peu pour que cette justice commette un acte des plus répréhensibles et passe à côté de sa mission !

 
Le Cercle manque d’exécuter un innocent, aveuglé par sa mission, mais surtout par ses démons et sa chagrin, parfois la recherche de la vérité doit être menée de manière rationnelle, avec la tête et non avec les tripes

 
Kara exprime bien ce qui se passe « Quelqu’un doit payer ! » Car au final il s’agit bien de cela. . La limite avec la vengeance est si ténue, et le dérapage si proche…

                                                                 

Tout se déroule dans la pénombre, la quasi obscurité, à l’écart des autres.

 

Bien entendu, Roslin et Adama sont indignés, d’autant plus que ces actions étaient légitimes et initiées par le Président. La patte de Zarek est maintenant reconnaissable, lui qui voulait une nouvelle ère.

 
Finalement Roslin prend les fonctions de président et prend une mesure surprenante, peu commune et qui sera sans doute peu populaire dans les premiers temps. Cependant, n’était-ce pas la meilleure chose à faire ?

 
Le discours de Laura est au grand jour, elle porte une tenue blanche, sous le flash des projecteurs pour mettre encore l’accent sur deux point, à la fois la mise en lumière, au grand jour de tout ceci, mais aussi pour appuyer l’opposition des styles. Chacun est et sera concerné comme le montrent judicieusement les images qui rompent la monotonie éventuelle du discours et qui s’attachent à les prendre tous en compte.

                                          

 

2 Le Galactica : carnage émotionnel

 
C’est presque naturellement que Kara s’enrôle dans le Cercle. Elle est complètement déboussolée et traumatisée. Elle en veut à tout le monde.

 
Tout comme Tigh qui va être difficile à gérer.    

 

Déjà, nous sentons que les frictions entre les sauveteurs et les survivants de NC vont rendre la cohabitation difficile.

 
La scène au CIC est très révélatrice. Tigh ne veut pas travailler avec les sous disants collaborateur. Il accepte mal la présence de Hélo et ne tolère pas du tout celle de Gaeta. Il se rebelle face à Adama, et la tension entre les deux hommes, les deux héros, monte d’un cran.

  

                                                     

 

C’est un moment important pour l’Amiral, ses réactions vont être jugées par tout son équipage. Il expédie Tigh à ses quartiers, mais ne parvient pas à le museler…. Celui-ci à le temps de lancer une autre pique, oui, c’est bien l’Amiral qui est en train de se mettre dans l’embarras.

Il va lui falloir gérer la situation d’une manière qui diffère ses méthodes habituelles et prendre en compte le traumatisme de son personnel. Il ne peut plus être que pragmatique !!!

 
Le Galactica qui ne sort pas indemne de la bataille et qui doit faire face à quelques avaries, le souci de prendre ces détails en compte sont les bienvenus. Lui aussi, au même titre que les être humains doit se relever.

 
Toujours cette image sombre pour souligner cette pesanteur.

                                          

 

3 La mythologie BSG : la conception clinique

                                   

 

Il est très intéressant de voir un vaisseau de l’intérieur. Comme toujours, la musique, les décors et l’image sont là pour renforcer, ici, le changement d’univers. Et c’est réussi. Une belle mélodie jouée au piano, une pellicule en légère sur exposition, et nous intégrons tout de suite une ambiance plus nette, plus clinique et plus arrogante. A l’image du peuple cylon.

 

Les cylons sont visiblement gênés par la présence du « colis » Baltar et débattent du sort à lui réserver. Ils n’ont aucune confiance en lui mais ne sont pas pour autant prompts à s’en débarrasser.

C’est parfait pour Gaius qui est le Maître de la survie, cela va lui laisser sans doute le temps de se sortir de cette situation.

 

 Bsg tente de délimiter la frontière qui sépare le désir de justice du besoin de vengeance. Les images sont très évocatrices des événements qui sont survenus après la seconde guerre mondiale, où l’on a pu voir des lynchages, des femmes dont on rasait la tête. Le législateur a même pondu une loi rétro active sur la collaboration, pour tenter d’assouvir cette soif.

 
Elle va loin et nous montre à quel point on peut se fourvoyer, et à quels excès cette quête, si elle n’est pas strictement encadrée et définie, peut mener. Les USA ont connu eux aussi une situation similaire avec la fameuse « Chasse aux Sorcières » contre les ennemis de l’intérieur, les communistes.

 

4 Les interactions : amères survies.

 
Kara et Sam

                                           

Sam est toujours présent pour Kara. Il est conscient du soutien dont elle a besoin, mais, elle n’est pas prête à l’accepter, car avant tout chose, il faudrait qu’elle le reconnaisse. Il va donc lui laisser cette liberté, lui laisser le temps de d’accuser le coup, de flamber toute son amertume et son désarroi. Sam est très intuitif avec elle, il est peut-être l’homme qu’il lui faut… C’est à voir.

 

Adama et Tigh

           

Leur complicité est biaisée malgré eux, malgré leur bonne volonté. Tigh n’est plus le même, il est plein de rancœur et d’amertume. NC lui a pris presque tout, et surtout vie d’avant. Leurs rapports ne peuvent plus être comme auparavant, et l’Amiral Adama devra intégrer cela et ne pas faire comme si de rien n’était ou comme si tout était revenu à la normale. Un rasage ne suffit pas…. Saura-t-il le faire ? C’est l’enjeu de son commandement.

 
Six et Baltar

 
Quelle surprise de la voir hésiter à lui sauver la vie ! Quel bêta de ne trouver qu’à la fin les mots à dire ! C’est une faille si humaine.

                                                                                   

5 les Plus et les Moins

 

La mise en avant des personnages secondaires est réussie, certes, mais les personnages principaux restent à l’écart, et leur présence commence à se faire désirer.

 
Surprenant que Cally ne se souvienne pas d’avoir été secouru spontanément.

 
Le design très minimaliste des bases cylons. ET le centurion surveillant Baltar.

                                 

 
Le Galactica qui ne sort pas indemne de la bataille et qui doit faire face à quelques avaries, le souci de prendre ces détails en compte sont les bienvenus. Lui aussi, au même titre que les être humains doit se relever.

 

Les fantasmes de pardon de Baltar.

 

 

En conclusion

 

Un excellent épisode de nouveau, très noir et qui nous plonge dans les affres de l’après guerre. Très sobre au niveau de l’interprétation et de la mise en scène.

 

 

Acteurs :                   2/2

Scénario :              1,5/2

Direction :                1,5/2              

Mythologie BSG :    2/2

Originalité :              1/1

Son, photo :              1/1 



                                           Note générale : 9/10

Mary 12/01/2012 21:39


Amazing !


But what about the upcoming prequel to the reimagined "battlestar Galactica" series : "Blood and Chrome" ?


Could you tell us something about that ?


 

lutin mâtin 27/01/2012 19:07



I'm waiting like you.


I have some news - tibits news about that project - but nothing very unexpected. There will be a serie, starting o fall 2013.


 


Thank you