Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Battlestar Galactica, Exodus II (S3-4)

Sans trop patienter, après la première partie de ce double épidsode, voici, la seconde, exceptionnelle!

 

EXODUS II

La Charge héroïque

 

Depuis l’épisode précédent, nous savons que le Galactica et son Amiral sont en route pour tenter de sauver ceux qui sont restés sur New Caprica. Un peuple quasiment asservis à la domination des cylons, qui souffre et qui n’attend plus que son salut.

 
Loin d’être totalement conventionnel, cet « Exodus, part II » nous réserve des moments exceptionnels et est un magnifique spectacle.

                                                     

1 La Résistance : une leçon de vie

                                 

Les séquences sur NC débutent avec un des rebondissements de l’épisode précédent : la découverte de la trahison d’Ellen. D’ailleurs, nous allons vivre dans celui-ci les conséquences du Choix.

Tigh est confronté à cette trahison, il est même pressé par ses hommes au sujet de celle-ci. De son attitude, de sa décision, il y va de nombreux dénouements. Sa crédibilité, le moral de ses troupes, leur confiance en lui, les conséquences futures, etc…

La scène entre Saul et Ellen est très poignante. On le sent résigné, en quoi ? On ne sait. On la sent contrite, prête à faire pénitence. Leur rédemption commence. Durant tout ce moment, l’émotion est poignante. Que ferait-on ?

 

La culpabilité d’Ellen est très forte, même cette femme vénale, est sujette à ce tourment de la conscience. Mais, elle vient de commettre le seul acte que Tigh ne peut se résoudre à lui pardonner. Toutes les trahisons personnelles, il a pu ; là c’est au-delà de ses forces de sa capacité de pardon et des possibilités qui lui sont laissées. Il la tue.

Et donc, malgré son amour, malgré les motivations d’Ellen, il s’encharge, et de quelle manière… par le traître poison. Le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions.

En outre, je pense qu’il n’aurait laissé personne d’autre le soin de la châtier. Il se le doit et il le leurs doit à tous et à elle.

                                     

Décidément, aucune réponse n’est facile dans cette série. Les choix qui que nous faisons quelle que soit la motivation, le moyen utilisé ou les conséquences doivent être assumé et sont souvent teinté… en gris.

 

Les conséquences de la résistance et des actes armés des humains se font nettement sentir des deux côtés. Et c’est Gaius Baltar qui les exposent le mieux :

 

“Baltar: I believe I've told you and I've told you. But to what end? Too secure in your smug superiority to listen. Too comfortable in your predictions of success to even consider the possibility of defeat. And where are we now? More to the point, where's Laura Roslin? Where's Tom Zarek? At large. Whereabouts unknown - free at any rate. Probably with Colonel Tigh. Solidifying the insurgency's hold over the public's imagination.”

 

Roslin et Zarek ont renforcé activement la résistance, un renfort appréciable, non pas d’un point de vue comptable, mais sur un plan spirituel et symbolique.

                     

Les Cylons sont en mauvaise posture, ils ne maîtrisent en aucune façon la population qui se rebelle, et leurs espérances d’harmonie ou leur désir de domination passé(es) de vie à trépas. Ils n’ont qu’une alternative et finalement s’en aller n’est-elle pas la meilleure ?

                                      

Mais un point obscur demeure irrésolu, l’avenir de l’humanité et son désir de vengeance, le poids du génocide perpétré… de toutes façons, ils ont perdu pied sur NC et les coups de feu qui ponctuent se dialogue entre Baltar et D’Anna illustrent à point nommé cet état de fait.

 

Pour autant, rien n’est acquis pour les coloniaux qui sont eux dans une position très périlleuse. Ce jour là, la résistance joue son va-tout. Et l’on nous confirme deux points essentiels sur le mental des coloniaux et des anciens membres de la Flotte militaire, entres autres.  Ils ne sont pas restés inactifs pendant cette période et Adama a prévu un minimum pour faire face.

 

L’épisode fait une part large aux scènes d’action d’une vraisemblance digne des meilleurs films de guerre, l’image est d’un gris lumineux, parfois saccadée et prise à hauteur de bassin, voire à ras du sol. Nous les vivons intégralement. Pas d’héroïsme à l’américaine ni d’envolée lyrique.

                                        

Un autre point doit être évoqué : Héra.  Elle est un être capital aussi bien pour les humains que pour les cylons quand on voit le soin qu’attache Laura Roslin à sa sauvegarde ou la joie et l’avidité des toasters à la ravir.

 

 

2 Le Galactica : le don de soi

 

Waouh !

C’est la seule pensée qui m’a effleuré en voyant le sauvetage. La tactique est osée et culottée.

                                            

Les premières images que nous découvrons sont celles du Galactica à l’affût, dissimulé dans les limbes de la nébuleuse. C’est un vieux félin, mais redoutable. Les Raptors sont dans l’espace et exécute une manœuvre qu’ils ont répétée encore et encore auparavant. Ils lancent des missiles  mais dans quel but ?

                    

C’est là que nous partageons la perplexité des cylons. Puis, finalement tout devient clair, les ennemis se croient attaqués par les deux Battlestars, et ainsi, Adama sème la confusion…

 

Ensuite que dire du bond dans l’atmosphère. Magnifique ! Brillant !

 

La stratégie de l’Amiral est incroyable. Les effets spéciaux sont géniaux et nous vivons ses moments intensément.

                                                       

Les scènes de combat qui s’ensuivent sont tout autant percutantes et réalistes, cela fait partie des moments les plus fort de la série.

 

Mais, c’est le chant du cygne d’un vaisseau, de son Amiral et de son équipage. Ils sont allés au bout d’eux-mêmes, et  Adama l’annonce mieux que quiconque « that it’s ! ».

                                                                            

Quel soulagement - alors que nous assistons à ce triste spectacle d’un vaisseau acculé et jetant ses dernières forces dans la bataille – que de voir Lee et son Pegasus se joindre à ce combat !

 

Merci Lee.

                                          

J’ai vibrée tout le long de cette séquence, émerveillée, découragée et enfin soulagée !

 

Nous noterons que la supériorité numérique des cylons commence à être compensée par la stratégie et la tactique utilisées par les Coloniaux et Adama en particulier.

                                    

Il est aussi très intéressant de constater que 2 parallèles judicieux et adroits.

 

Kara et Tigh sont, sans doute, les deux personnages qui ont le plus souffert sur cette planète. Ils n’en ressortent pas indemnes (comme tous), mais leur sauvetage s’accompagne d’une immense perte personnelle pour tous deux.

 

Alors que tous célèbrent cette victoire, Tigh et Kara se détournent des réjouissances, le cœur lourd, la détresse s’abattant sur eux, submergés par leur chagrin. C’est dur de les voir ainsi.

 

Et ces images sont symboliques, leurs chemins se dissocient de celui de leurs compagnons, et cela aura des répercussions plus tard. La douleur, malgré les épreuves partagées sur NC, a créé deux solitaires amers.

 

L’autre point est plus positif. Il concerne le parallèle Roslin/ Adama.

Laura a retrouvé sa place dans le colonial 1, et nous sommes déjà certain de ses intentions. Du changement s’annonce et ceci en est l’illustration. Elle va reprendre le gouvernement en main.

                                                      

Adama, de son côté, rase sa moustache. Cette scène classique et symbolique est le signe du renouveau, et de l’espoir…

                           

Bref, ils sont sauvés. Mais le tribut a été lourd, ils ont perdu le Pegasus !

                                  

 

3 La mythologie BSG : renouveau et renaissance.

 

C’est épisode est un pivot de la saison 3, il relance la quête de la Terre.

 

Les cylons nous apparaissent bien plus faillibles et plus proches d’un être humain maintenant. Où est le robot ? Chaque modèle et exemplaire a sa vie propre et son individualité…

                                             

BSG n’hésite pas à les dépeindre tels que nous, et nous renvoie à notre propre histoire, à nos réflexions.

 

Mais ce sont eux qui ont Héra maintenant…

                                                

4 Les interactions : place à l’action.

 

Lee et Dee

Une des rares scène plausible de leur mariage, mais qui me conforte dans l’idée que Dee a épousé Lee en partie parce qu’il est le fils de Bill Adama pour qui elle a beaucoup d’admiration.

                                

Dee: There's still a chance they'll come back. Your father has pulled off more than a few miracles in his day.
Lee: I know that. And I haven't given up hope.
Dee: Yes you have. I saw the look on your face when you came back from Galactica. Like you were never going to see him again.
Lee: Am I that easy to read?
Dee: Just to me.
Lee: He's taking on too much for one half strength Battlestar to handle. And that's not opinion, that's military fact. He's not coming back from this, none of them are.
Dee: All we can do is make plans for the future. We have to survive. We have to find Earth. If we don't, there will be no one to remember a man named William Adama. Or a Battlestar named Galactica. That is our charge to keep.
Lee: To keep Humanity going, no matter what the cost. No matter - no matter who we leave behind.
Dee: You can do this. You can get us there. You're a Commander of this fleet, and you will guide us to safety. And you will do it no matter the cost. Because you're an Adama.

                                      

Ellen et Tigh

 

L’enfer est pave de bonnes intentions.

Ellen a commis le pire des péchés, la pire des trahisons aux yeux de Saul. Son infidélité, il peut l’accepter mais trahir la résistance, ses compagnons et ses amis, c’est impossible à pardonner.

Sa propre rédemption passe, face à son aveuglement, par l’exécution de celle qu’il aime, c’est son châtiment.

La scène est impeccable et très poignante !

                                              

5 les Plus et les Moins

 

Roslin qui finalement a développer un attachement envers Héra, elle veut la protéger en partie pour cette raison.

 

La fidélité et le dévouement de Tory qui est là, soutient et agit pour le compte de son ex-présidente.

                                             

Kat est CAG maintenant, en l’absence de Kara et de Lee, commandant le Pegasus. La concurrence promet d’être rude !

 

Les batailles spatiales sont magnifiques.

 

En conclusion

 

Un excellent épisode, très intense. Action, tension et émotion sont au rendez-vous. Le spectacle est haletant et l’on reste scotché dans son fauteuil, les yeux pleins d’étoiles et d’émerveillement.

 

 

Acteurs :                   2/2

Scénario :                 2/2

Direction :                2/2           Note générale : 10/10 et bien plus.

Mythologie BSG :    2/2

Originalité :              1/1

Son, photo :              1/1 

 

 

   Note générale : 10/10 et bien plus.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :